Bienvenue, visiteur ! [ S'enregistrer | ConnexionFlux RSS  |   |  Ajouter une annonce

Commentaires fermés

Les reliques de saint Augustin

| Mon voyage en Algérie | 24 juin 2012

Le 25 octobre, le vapeur de l’État, Gassendi, quittait Toulon, emportant, vers l’Afrique, Mgr Dupuch, l’archevêque de Bordeaux, NN. SS. Les évoque de Marseille, de Digne, de Valence, de Chalons et de Nevers, qui faisaient cortège aux saintes reliques.

Le 28, au point du jour, on se trouvait en face de Bône au signal d’un coup de canon, disant l’arrivée du bateau, la population, en foule, se porta vers le rivage, et, par un soleil radieux, vers huit heures, une flottille d’une douzaine de canots se détacha du vapeur et s’avança, lentement, vers la ville.

Dans le premier était Mgr Dupuch, portant la châsse de cristal et d’argent qui renfermait la relique, l’ulna, c’est-à-dire l’os du coude du bras droit.

Les évêques suivaient en rochet et en mitre; après eux, les prêtres, en habit dé chœur.

Une chaloupe portait les Sœurs de la Doctrine Chrétienne; une autre, les Frères Hospitaliers. De chaque embarcation s’élevait le chant des psaumes, comme la voix du Seigneur, du milieu des flots.

Le cortège, ayant pris terre, passa sous un arc de triomphe et traversa les foules, agenouillées, que contenaient avec peine les troupes, formant la haie, avec l’appui des autorités civiles et militaires. La relique fut portée, processionnellement de Bône à Hippone où elle reprit la place qu’on ne lui avait fait quitter que pour la sauver d’une destruction certaine.

En effet, saint Augustin était mort sur son siège, épiscopal, mais les Vandales, qui avaient troublé ses derniers jours, menaçant sa tombe, les successeurs du grand évêque transportèrent ses restes en Sardaigne.

Deux siècles après, les Sarrasins s’étant emparés de cette île, un pieux roi lombard, Liutprand, racheta le corps de saint Augustin, qui trouva à Pavie, un asile digne de sa gloire.

Mgr Dupuch, devait encore faire mieux et le rendre à sa sépulture première. Du reste, il devait être donné à l’évêque d’Alger, d’honorer son épiscopat, par la possession des ossements vénérés d’anciens; prélats d’Afrique.

Après ceux de saint Augustin replacés dans l’église d’Hippone, il eut le bonheur de recueillir les restes d’un prélat de la Maurétanie Tingitane, enseveli depuis quatorze siècles sous les cendres d’un vaste incendie, recouvertes elles-mêmes d’une épaisse couche de terre!

Ce fut au général Bugeaud que l’évêque dut cette seconde joie.

Pas de mots clés

  

  • Les gorges de la Chiffa

    par sur 24 juin 2012 - 0 Commentaires

    On ne va pas à Blida sans aller visiter les Gorges de la Chiffa, au fond desquelles passe la route de Médéa construite tantôt sur l'un, tantôt sur l'autre bord

  • Les Orphelinats

    par sur 24 juin 2012 - 0 Commentaires

    Dès la fin de 1842, le P. Brumauld ouvrait, aux environs d'Alger, un asile destiné à recueillir les pauvres petits garçons qui restaient sans ressources en Algé

  • Mustapha-Kouba

    par sur 24 juin 2012 - 0 Commentaires

    Quittant la statue du maréchal Bugeaud et la place d'Isly, nous prîmes la large route qui se dirige à l'est, et qui montre, à sa gauche, le Fort des Anglais, fo

  • L'arabe Geronimo

    par sur 24 juin 2012 - 0 Commentaires

    En 1853, il était question de raser le fort des Vingt-Quatre-Heures, pour dégager l'esplanade de Bab El-Oued et y établir un parc d'artillerie. On était en m

  • En route vers l'ouest

    par sur 24 juin 2012 - 0 Commentaires

    Quittant Alger, un matin, nous prenons le chemin de fer qui nous conduira à Blida et plus loin si nous le voulons, car l'Algérie est sillonnée dé voies ferrées