Bienvenue, visiteur ! [ S'enregistrer | ConnexionFlux RSS  |   |  Ajouter une annonce

Commentaires fermés

Hors de la ville

| Mon voyage en Algérie | 24 juin 2012

Laissant les rues à arcades où les magasins de modes françaises coudoient les boutiques de juifs ou d’indigènes, dans lesquelles s’entassent les objets les plus exotiques, les parfums les plus violents, nous sortîmes de la ville par la porte Bab El-Oued.

On est là, sur une grande esplanade où s’élèvent les constructions de l’arsenal d’artillerie, bâti sur l’emplacement du fort «des Vingt-Quatre-Heures» entièrement démoli aujourd’hui… et sur le théâtre du martyre de Geronimo.

A sa droite, on a la mer; à sa gauche, le jardin anglais, nommé Jardin de Marengo, qui couvre la colline au sommet de laquelle est la Casbah.

Allant toujours à l’ouest, oh trouve l’hôpital du Dey, délicieux palais d’été des anciens souverains d’Alger.

Consacré, dès les premiers jours de la conquête, au service hospitalier de l’armée d’occupation, il a pourtant gardé ses colonnes de marbre blanc, ses revêtements de faïences de couleurs vives et joyeuses, ses eaux jaillissantes, ses fleurs, ses arbustes, ses plantes de toutes les latitudes… c’est toujours un site enchanteur…abritant aujourd’hui les tristes souffrances de notre misérable humanité.

Plus loin, vers la Pointe-Pescade et le charmant village de Saint-Eugène, la villa de l’évêque d’Alger où, le vénéré Prélat, qui préside au culte dans cette province, vient, de temps à autre, prendre quelque repos, et s’assurer des progrès que font, dans la science et la piété, les élèves du petit Séminaire bâti pour eux entre la villa et le sanctuaire de Notre-Dame d’Afrique.

Pas de mots clés

  

  • Les gorges de la Chiffa

    par sur 24 juin 2012 - 0 Commentaires

    On ne va pas à Blida sans aller visiter les Gorges de la Chiffa, au fond desquelles passe la route de Médéa construite tantôt sur l'un, tantôt sur l'autre bord

  • Les Orphelinats

    par sur 24 juin 2012 - 0 Commentaires

    Dès la fin de 1842, le P. Brumauld ouvrait, aux environs d'Alger, un asile destiné à recueillir les pauvres petits garçons qui restaient sans ressources en Algé

  • Mustapha-Kouba

    par sur 24 juin 2012 - 0 Commentaires

    Quittant la statue du maréchal Bugeaud et la place d'Isly, nous prîmes la large route qui se dirige à l'est, et qui montre, à sa gauche, le Fort des Anglais, fo

  • L'arabe Geronimo

    par sur 24 juin 2012 - 0 Commentaires

    En 1853, il était question de raser le fort des Vingt-Quatre-Heures, pour dégager l'esplanade de Bab El-Oued et y établir un parc d'artillerie. On était en m

  • En route vers l'ouest

    par sur 24 juin 2012 - 0 Commentaires

    Quittant Alger, un matin, nous prenons le chemin de fer qui nous conduira à Blida et plus loin si nous le voulons, car l'Algérie est sillonnée dé voies ferrées